Villes aux marges de la métropolisation en Asie du Sud-Est

Le programme de recherche est mené dans le cadre d’un appel d’offre du CNRS/SHS « Recompositions transnationales dans la régionalisation du monde » (2004-2008).

Coordonné par: Charles Goldblum, et Manuelle Franck.

Equipe: Bénédicte Brac de la Perrière; Philippe Cadène; Nathalie Fau; Karine Peyronnie; Nathalie Lancret; Thierry Sanjuan; Christian Taillard.

Les études urbaines des années 1990 se sont largement penchées sur le processus de métropolisation dans le monde, analysant l’évolution fonctionnelle, socio-économique et morphologique des grandes aires métropolitaines dans un contexte de globalisation économique. Dans cette lignée, Terry Mc Gee a analysé l’émergence, autour des grandes métropoles asiatiques, de corridors d’urbanisation dont les caractéristiques, spécifiques à l’Asie, tiennent aux fortes densités de population de ces zones qui sont aussi des greniers à riz, à l’intensité de la circulation et à l’imbrication du rural et de l’urbain dans les utilisations du sol et les structures d’activité de la population. Les études sur les villes asiatiques ont donc souvent cherché à se situer par rapport à cette théorie de référence sur l’émergence des zones « desa-kota » et ont privilégié l’étude des capitales asiatiques. Nous présentons une nouvelle perspective en nous intéressant à l’impact de l’internationalisation de l’économie urbaine et de la régionalisation du système monde sur des lieux mineurs de la métropolisation, que ce soient des grandes capitales régionales (telles Medan, Surabaya, Danang ou Denpasar), ou de petites capitales nationales, (telles Vientiane ou Phnom Penh). Ce faisant, nous nous situons par rapport à deux des axes de l’appel d’offre, à savoir celle des « Nouvelles constructions transnationales dans la mondialisation », et celle des « Espaces intermédiaires dans la métropolisation », en nous penchant sur la dimension urbaine de ces deux thématiques. En effet, l’intégration sélective et hiérarchisée des territoires urbains à l’économie mondiale a instauré des réseaux métropolitains nationaux et supranationaux au sein desquels les logiques de l’internationalisation et les stratégies d’investissement qui les portent tendent à prendre le pas sur les logiques territoriales « locales » ou nationales. Or, notre hypothèse est qu’a contrario la spécificité des grandes villes situées aux marges de la métropolisation est de privilégier une triple appartenance : 1) elles sont ancrées à un territoire régional et national ; 2) elles participent aux hiérarchies urbaines dominées par le réseau des métropoles asiatiques ; 3) elles acquièrent de nouvelles fonctions internationales dans le cadre d’organisations transnationales émergentes. Nous examinerons l’hypothèse selon laquelle la métropolisation porte également sur les villes de rang deux, mais avec une nature et une intensité différentes de celle qui touche les villes de rang un.

 

 

 



Citer ce billet
Adèle Esposito (2012, 11 juillet). Villes aux marges de la métropolisation en Asie du Sud-Est. Métropoles d'Asie Pacifique. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnfs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search