Projets de voirie et recompositions urbaines à Vientiane et Hanoi (2001-2004)

Projet piloté par l’IPRAUS et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

Coordonné par: Nathalie Lancret; Emmanuel Cerise; Karine Peyronnie et René de Maximy.

Le projet a été mené dans le cadre du “Programme de recherche urbaine pour le développement” (PRUD) qui est coordonné par l’ISTED*-MAE* et GEMDEV*-ISTED pour le ministère des Affaires étrangères.

Inclure Vientiane et Hanoi dans une même étude des recompositions urbaines qu’entraîneraient la mise en chantier de projets de voirie demande une explication. En effet, cette démarche heuristique semble les associer de facto, ce qui implique de prime abord une possible mise en parallèle des deux villes et incite à penser que c’est là une proposition féconde. On ne peut néanmoins s’empêcher d’évoquer en cette association une similitude avec la composition du pâté d’alouette qui, comme chacun sait, demande une alouette et un cheval : soit ici Vientiane, 660 000 habitants, capitale d’un pays en regroupant 5,5 millions générant un PNB de 319 dollars par personne ; et Hanoi, 3 820 000 habitants, capitale d’un pays qui en compte plus de 80 millions, assurant un PNB de 410 dollars par personne.

Cependant, si l’on veut bien s’attarder sur l’objet précis de notre recherche, on s’apercevra qu’il ne manque pas de pertinence. Car ce qui nous intéresse, ce sont des situations urbaines et une démarche urbanistique comparables qui, dans ces deux capitales et en ce début du XXIe siècle, modifient l’espace urbanisé ou à urbaniser et son fonctionnement, bien que leur importance régionale ne soit en rien comparable.

Sises l’une comme l’autre sur les rives d’un grand fleuve subtropical et soumises au régime des moussons, elles leur doivent un site aux caractéristiques morphologiques, lithologiques et hydrologiques qui, nécessairement, influent fondamentalement sur leur histoire, elle très différente, leurs modes successifs d’implantation, leurs paysages, les matériaux de leur construction, leurs contraintes d’infrastructures et sur l’enracinement des immeubles de très grande hauteur. Le fait de se situer dans la même région géographique, influencée par des modes de vie en ville qui s’entre échangent et s’internationalisent établit également certaines connivences dans les savoir-faire et les comportements de consommation. De plus, l’accélération de l’urbanisation constatée depuis quelques années, le fait politique d’une libéralisation récente de l’économie et le poids d’une mondialisation planétairement conquérante se conjuguent d’une manière particulièrement visible dans les deux cas. Cette conjoncture est aussi un facteur de similitude qui justifie que l’on associe en une seule réflexion Vientiane et Hanoi. Ce sont là les raisons qui expliquent notre option.

En cette occurrence nous avons choisi de considérer Hanoi et Vientiane en se fondant sur l’observation des réseaux de voirie existant et sur leur extension très vive depuis moins de cinq ans. Nous savons bien que les villes se construisent et accroissent leur aire urbanisée à partir des réseaux d’infrastructure que les urbanistes appellent selon une habitude bien établie désormais, les VRD (voirie et réseaux divers) dont la mise en place est généralement simultanée. Il ne s’agit pas ici d’enfoncer une porte déjà grande ouverte, mais de vérifier le rôle qu’ont les activités commerçantes et marchandes dans les processus d’urbanisation que la construction ou la rénovation de ces VRD génère. C’est pourquoi nous nous proposons d’étudier, tant à Vientiane qu’à Hanoi, quelques voies choisies en conséquence, leur rôle dans la construction, ou la rénovation, et le modelage, ou le remodelage, de quartiers dont elles constituaient, ou constituent dorénavant, les axes principaux. Ce n’est qu’à la suite de l’exposé de nos observations que nous saurons si le terme initialement énoncé de recomposition urbaine se justifie ou doit être abandonné pour une autre qualification moins en vogue mais plus pertinente, ce que l’existence et le maintien en l’état de larges portions des territoires urbains à considérer nous inciteraient à penser après nos premières observations.

* ISTED = Institut des sciences et des techniques de l’équipement et de l’environnement pour le développement

* GEMDEV = Groupement d’intérêt scientifique pour l’étude de la mondialisation et du développement

 



Citer ce billet
Adèle Esposito (2012, 11 juillet). Projets de voirie et recompositions urbaines à Vientiane et Hanoi (2001-2004). Métropoles d'Asie Pacifique. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnfo

2 réflexions au sujet de « Projets de voirie et recompositions urbaines à Vientiane et Hanoi (2001-2004) »

  1. Chère Adèle,
    Juste un court message pour te dire que ce programme a été coordonné par moi même et Nathalie Lancret. Nathalie te confirmera cette information.

    Amicalement,
    Karine

    1. Chère Karine,

      ok, je reverrai avec elle à quel titre faire apparaître les personnes impliquées dans le programme.
      Les informations données sur chaque programme correspondent à celles des comptes-rendus annuels du Réseau, susceptibles de contenir, de temps en temps, quelques imprécisions!
      Je te remercie pour ta remarque et à bientôt!

      Adèle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search