Inventaire et Etude du patrimoine architectural, urbain et paysager de la ville de Vientiane (Laos)

Projet piloté par l’IPRAUS

Atelier du patrimoine: Maniseng Douangnoulak (chef de projet); Chayphet Sayarath (responsable de l’Atelier du patrimoine); Vongsak Malivanh; Kéosanguan Vinnarat et Khanthanou Phimmasen (architectes): Bouthan Southichak (ingénieur); Pavana Choulamany (ingénieur botaniste); Souwit Chitpanya (dessinateur) et Sengprachanh Phommachanh (secrétaire).

Organismes participants au projet: Institut de Recherche en urbanisme (IRU); ministère lao des Communications, transports, postes et construction (MCTPC) avec le ministère de l’Information et de la culture (MIC); IPRAUS; ENSAPB; ministères français de la Culture et de la communication (MCC) et des Affaires étrangères (MAE).

En 1987, la République démocratique populaire lao a adhéré à la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO et en 1995 le noyau historique de Luang Prabang a été inscrit dans la liste. Depuis, par un accord de coopération bilatérale entre la ville française de Chinon et la ville de Luang Prabang, des actions de sauvegarde ont été menées sous l’égide de l’UNESCO. A la suite de l’inscription, de l’ouverture politique internationale et de l’ampleur des transformation du bâti que les villes laotiennes ont commencé à experimenter, les autorités nationales ont considéré comme nécessaire d’identifier et préserver le patrimoine architectural, urbain et paysagers des villes de Vientiane, Thakhek, Savannakhet, Pakse, Champassak et Xiang Khouang. 

Le projet d’inventaire a été élaboré dans ce contexte, à la demande du ministère lao de l’Information et de la culture, direction de l’archéologie et des musées: il s’agissait d’aider à l’établissement d’un inventaire en vue de définir une politique du patrimoine. Le projet a été mis en place en 1999 auprès de l’Institut de recherches urbaines (ex Institut d’études et des techniques urbaines) qui dépend du ministère de la Construction. Une convention a été signée entre l’IPRAUS et cet institut grâce à l’aide du ministère français de la Culture et de la communication.

Le projet a mis en place une méthodologie d’inventaire inscrite dans une politique de valorisation et développement de la ville; a formé une équipe; a établi des structures opérationnelles pour l’expérimentation d’outils d’analyse qui aboutissent à l’élaboration d’un règlement pour la protection du patrimoine bâti et paysager. Le projet a participé à la formation d’acteurs locaux et a associé professionnels, chercheurs, enseignants et étudiants lao et étrangers.

Après une année de mise en route avec l’assistance du Service français de l’inventaire, il est apparu que le travail de récension ne porterait ses fruits que sur le long terme. L’évolution rapide du contexte urbain a amené alors à recadrer l’étude pour arriver plus rapidement à des premiers résultats contribuant à la mise en place d’une politique de protection. Une documentation sur les formes architecturales et urbaines a été constituée; un plan de protection a été établi sur la base d’un repérage des zones sensibles; des actions de sensibilisation et formation ont été menées; des chantiers pilotes de restauration ont servi d’exemple. En 2004, le projet était rentré dans sa phase opérationnelle et était inscrit dans le cadre de la révision du schéma directeur de la ville de Vientiane.

  

 



Citer ce billet
Adèle Esposito (2012, 10 juillet). Inventaire et Etude du patrimoine architectural, urbain et paysager de la ville de Vientiane (Laos). Métropoles d'Asie Pacifique. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnfn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search