Villes aux marges de la métropolisation en Asie du Sud-Est

Le programme de recherche est mené dans le cadre d’un appel d’offre du CNRS/SHS « Recompositions transnationales dans la régionalisation du monde » (2004-2008).

Coordonné par: Charles Goldblum, et Manuelle Franck.

Equipe: Bénédicte Brac de la Perrière; Philippe Cadène; Nathalie Fau; Karine Peyronnie; Nathalie Lancret; Thierry Sanjuan; Christian Taillard.

Les études urbaines des années 1990 se sont largement penchées sur le processus de métropolisation dans le monde, analysant l’évolution fonctionnelle, socio-économique et morphologique des grandes aires métropolitaines dans un contexte de globalisation économique. Dans cette lignée, Terry Mc Gee a analysé l’émergence, autour des grandes métropoles asiatiques, de corridors d’urbanisation dont les caractéristiques, spécifiques à l’Asie, tiennent aux fortes densités de population de ces zones qui sont aussi des greniers à riz, à l’intensité de la circulation et à l’imbrication du rural et de l’urbain dans les utilisations du sol et les structures d’activité de la population. Les études sur les villes asiatiques ont donc souvent cherché à se situer par rapport à cette théorie de référence sur l’émergence des zones « desa-kota » et ont privilégié l’étude des capitales asiatiques. Nous présentons une nouvelle perspective en nous intéressant à l’impact de l’internationalisation de l’économie urbaine et de la régionalisation du système monde sur des lieux mineurs de la métropolisation, que ce soient des grandes capitales régionales (telles Medan, Surabaya, Danang ou Denpasar), ou de petites capitales nationales, (telles Vientiane ou Phnom Penh). Ce faisant, nous nous situons par rapport à deux des axes de l’appel d’offre, à savoir celle des « Nouvelles constructions transnationales dans la mondialisation », et celle des « Espaces intermédiaires dans la métropolisation », en nous penchant sur la dimension urbaine de ces deux thématiques. En effet, l’intégration sélective et hiérarchisée des territoires urbains à l’économie mondiale a instauré des réseaux métropolitains nationaux et supranationaux au sein desquels les logiques de l’internationalisation et les stratégies d’investissement qui les portent tendent à prendre le pas sur les logiques territoriales « locales » ou nationales. Or, notre hypothèse est qu’a contrario la spécificité des grandes villes situées aux marges de la métropolisation est de privilégier une triple appartenance : 1) elles sont ancrées à un territoire régional et national ; 2) elles participent aux hiérarchies urbaines dominées par le réseau des métropoles asiatiques ; 3) elles acquièrent de nouvelles fonctions internationales dans le cadre d’organisations transnationales émergentes. Nous examinerons l’hypothèse selon laquelle la métropolisation porte également sur les villes de rang deux, mais avec une nature et une intensité différentes de celle qui touche les villes de rang un.

 

 

 

Architectures comparées France-Chine. Paradoxes: une démarche de projet pour une ville durable. Vers une opération pilote à Shanghai (2006-2007)

Projet piloté par: IPRAUS et ENSAPB, en partenariat avec l’Université Tongji de Shanghai.

Coordonné par: Pierre Clément

Equipe de recherche: Pierre Clément, Clément-Noel Douady, Nathalie Lancret, Bernadette Laurencin, Pierre Lefèvre, Emmanuel Pouille avec Stéphanie Boufflet, Liu Ke, Shu Yang, Wang Yu, Yang Xuan; Gao Jing et Yu Yi Fan.

Ce projet nous a amenés à re-examiner la relation entre recherche et projet en considérant la voie d’une « recherche pour le projet », en amont et dans la perspective du projet, et celle d’une « recherche sur le projet » qui fait du projet un objet d’étude, une source première, propre à la discipline architecturale ou, du moins, aux disciplines de l’aménagement de l’espace.  En effet, « faire du projet c’est une interrogation inquiète, propice aux questionnements, mais le projet apporte une solution à des problèmes, la recherche initie des questionnements propices au développement d’une problématique. Le projet est une fin, la clôture d’un processus, la recherche est une ouverture vers des possibles. Le projet finit, la recherche (dé)-finit ».

 

Le laboratoire de recherche IPRAUS  et l’ENSA Paris Belleville en liaison avec l’Université Tongji de Shanghai ont offert, dans le cadre du programme de L’architecture de la grande Echelle,  un enseignement spécifique s’inscrivant dans une démarche de  recherche pédagogique, de projet et sur le projet.  Cette démarche expérimentale, associant étudiants chinois et français, a permis une confrontation des spécificités culturelles et professionnelles. Un des objectifs a été de participer au renouvellement des articulations entre enseignement, recherche et pratiques conceptuelles du projet, notamment dans la perspective de la recherche doctorale. Il a été mené dans le cadre de la formation de DSA « Architecture des territoires » qui est conçue à l’interface entre enseignement / recherche et a privilégié la mise en place d’une articulation entre initiation à la recherche architecturale et spécialisation au projet urbain.

 

 

 

 

 

Culture, patrimoine et modernité urbaine. Programme Ba Dinh, Hanoi (Vietnam)

Institutions partenaires du projet: Ecole française d’Extrême Orient (EFEO); Académie des Sciences de la RSVN et IPRAUS.

Coordonné par: Christian Pédélahore; Philippe Papin; Philippe Le Failler et Pierre Pichard.

 A l’initiative de l’Académie des Sciences de la république socialiste du Vietnam et de l’Ecole française d’Extrême-Orient, une équipe et un programme conjoint interdisciplinaires ont été constitués, courant 2004, sur le site  archéologique de Ba Dinh : étude de son présent et de son avenir. Situé dans le centre de Hanoi, au sein du périmètre des cités impériales historiques, ce site de 2,5 hectares est objet et sujet de multiples enjeux : fonciers, identitaires, urbains. Notre domaine d’intervention concerne plus spécifiquement l’intégration de Ba Dinh dans le centre historique de Hanoi avec, en perspective, la production du dossier d’inscription de la ville de Hanoi au Patrimoine mondial de l’Unesco. Cette action comprend des études d’histoire des formes urbaines et architecturales, en liaison avec les récentes découvertes sur le site, des études de définition  pragmatique du devenir urbain de ce quartier. Un programme conjoint de publication analytique de la cartographie historique de Hanoi (IXe-XXe s.) est projeté en association avec l’Académie des Sciences de la RSVN (Pr. Pham Huy Lé), l’EFEO (Ph. Papin) et l’IPRAUS (E. Cerise, N. Lancret et Ch. Pédelahore).

 

Mutations des cultures spatiales et dynamiques d’acteurs de l’urbanité vietnamienne à Hanoi entre 1873 et 2001

Projet piloté par l’IPRAUS

Coordonné par: Christian Pédélahore

Ce projet est mené dans le cadre du « Programme de recherche urbaine pour le développement » (PRUD) et s’inscrit dans le prolongement d’actions de recherche sur l’urbanisme et l’architecture vietnamiens conduites sur le terrain depuis 1980. Il vise à identifier  – par le biais d’études de cas contemporains, d’entretiens et d’archives- le fonctionnement interne, particulier et  largement imbriqué, des producteurs locaux de l’espace urbain. Un volet rétrospectif et historique, permet de caractériser et de retracer l’évolution des cultures et des modes opératoires locaux, ainsi que d’identifier les transformations et les adaptations des modèles et des méthodes de l’urbanisme international réalisés sur place depuis l’indépendance. Centré sur les réalités physiques et les cultures de l’urbain,  ce projet a pour objectif de participer à l’élucidation des pratiques pragmatiques et concrètes des acteurs de la filière et ; ce faisant, à  l’enrichissement des cadres conceptuels et des méthodologies opératoires mobilisables  sur place. Ce projet  transversal a réuni des équipes européennes (IPRAUS, Paris / IH, Université de Bremen) et asiatiques (CNSSH, Hanoi  / AIJ, Tokyo University of Japan).

 

 

Projets de voirie et recompositions urbaines à Vientiane et Hanoi (2001-2004)

Projet piloté par l’IPRAUS et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

Coordonné par: Nathalie Lancret; Emmanuel Cerise; Karine Peyronnie et René de Maximy.

Le projet a été mené dans le cadre du « Programme de recherche urbaine pour le développement » (PRUD) qui est coordonné par l’ISTED*-MAE* et GEMDEV*-ISTED pour le ministère des Affaires étrangères.

Inclure Vientiane et Hanoi dans une même étude des recompositions urbaines qu’entraîneraient la mise en chantier de projets de voirie demande une explication. En effet, cette démarche heuristique semble les associer de facto, ce qui implique de prime abord une possible mise en parallèle des deux villes et incite à penser que c’est là une proposition féconde. On ne peut néanmoins s’empêcher d’évoquer en cette association une similitude avec la composition du pâté d’alouette qui, comme chacun sait, demande une alouette et un cheval : soit ici Vientiane, 660 000 habitants, capitale d’un pays en regroupant 5,5 millions générant un PNB de 319 dollars par personne ; et Hanoi, 3 820 000 habitants, capitale d’un pays qui en compte plus de 80 millions, assurant un PNB de 410 dollars par personne.

Cependant, si l’on veut bien s’attarder sur l’objet précis de notre recherche, on s’apercevra qu’il ne manque pas de pertinence. Car ce qui nous intéresse, ce sont des situations urbaines et une démarche urbanistique comparables qui, dans ces deux capitales et en ce début du XXIe siècle, modifient l’espace urbanisé ou à urbaniser et son fonctionnement, bien que leur importance régionale ne soit en rien comparable.

Sises l’une comme l’autre sur les rives d’un grand fleuve subtropical et soumises au régime des moussons, elles leur doivent un site aux caractéristiques morphologiques, lithologiques et hydrologiques qui, nécessairement, influent fondamentalement sur leur histoire, elle très différente, leurs modes successifs d’implantation, leurs paysages, les matériaux de leur construction, leurs contraintes d’infrastructures et sur l’enracinement des immeubles de très grande hauteur. Le fait de se situer dans la même région géographique, influencée par des modes de vie en ville qui s’entre échangent et s’internationalisent établit également certaines connivences dans les savoir-faire et les comportements de consommation. De plus, l’accélération de l’urbanisation constatée depuis quelques années, le fait politique d’une libéralisation récente de l’économie et le poids d’une mondialisation planétairement conquérante se conjuguent d’une manière particulièrement visible dans les deux cas. Cette conjoncture est aussi un facteur de similitude qui justifie que l’on associe en une seule réflexion Vientiane et Hanoi. Ce sont là les raisons qui expliquent notre option.

En cette occurrence nous avons choisi de considérer Hanoi et Vientiane en se fondant sur l’observation des réseaux de voirie existant et sur leur extension très vive depuis moins de cinq ans. Nous savons bien que les villes se construisent et accroissent leur aire urbanisée à partir des réseaux d’infrastructure que les urbanistes appellent selon une habitude bien établie désormais, les VRD (voirie et réseaux divers) dont la mise en place est généralement simultanée. Il ne s’agit pas ici d’enfoncer une porte déjà grande ouverte, mais de vérifier le rôle qu’ont les activités commerçantes et marchandes dans les processus d’urbanisation que la construction ou la rénovation de ces VRD génère. C’est pourquoi nous nous proposons d’étudier, tant à Vientiane qu’à Hanoi, quelques voies choisies en conséquence, leur rôle dans la construction, ou la rénovation, et le modelage, ou le remodelage, de quartiers dont elles constituaient, ou constituent dorénavant, les axes principaux. Ce n’est qu’à la suite de l’exposé de nos observations que nous saurons si le terme initialement énoncé de recomposition urbaine se justifie ou doit être abandonné pour une autre qualification moins en vogue mais plus pertinente, ce que l’existence et le maintien en l’état de larges portions des territoires urbains à considérer nous inciteraient à penser après nos premières observations.

* ISTED = Institut des sciences et des techniques de l’équipement et de l’environnement pour le développement

* GEMDEV = Groupement d’intérêt scientifique pour l’étude de la mondialisation et du développement

 

Inventaire et Etude du patrimoine architectural, urbain et paysager de la ville de Vientiane (Laos)

Projet piloté par l’IPRAUS

Atelier du patrimoine: Maniseng Douangnoulak (chef de projet); Chayphet Sayarath (responsable de l’Atelier du patrimoine); Vongsak Malivanh; Kéosanguan Vinnarat et Khanthanou Phimmasen (architectes): Bouthan Southichak (ingénieur); Pavana Choulamany (ingénieur botaniste); Souwit Chitpanya (dessinateur) et Sengprachanh Phommachanh (secrétaire).

Organismes participants au projet: Institut de Recherche en urbanisme (IRU); ministère lao des Communications, transports, postes et construction (MCTPC) avec le ministère de l’Information et de la culture (MIC); IPRAUS; ENSAPB; ministères français de la Culture et de la communication (MCC) et des Affaires étrangères (MAE).

En 1987, la République démocratique populaire lao a adhéré à la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO et en 1995 le noyau historique de Luang Prabang a été inscrit dans la liste. Depuis, par un accord de coopération bilatérale entre la ville française de Chinon et la ville de Luang Prabang, des actions de sauvegarde ont été menées sous l’égide de l’UNESCO. A la suite de l’inscription, de l’ouverture politique internationale et de l’ampleur des transformation du bâti que les villes laotiennes ont commencé à experimenter, les autorités nationales ont considéré comme nécessaire d’identifier et préserver le patrimoine architectural, urbain et paysagers des villes de Vientiane, Thakhek, Savannakhet, Pakse, Champassak et Xiang Khouang. 

Le projet d’inventaire a été élaboré dans ce contexte, à la demande du ministère lao de l’Information et de la culture, direction de l’archéologie et des musées: il s’agissait d’aider à l’établissement d’un inventaire en vue de définir une politique du patrimoine. Le projet a été mis en place en 1999 auprès de l’Institut de recherches urbaines (ex Institut d’études et des techniques urbaines) qui dépend du ministère de la Construction. Une convention a été signée entre l’IPRAUS et cet institut grâce à l’aide du ministère français de la Culture et de la communication.

Le projet a mis en place une méthodologie d’inventaire inscrite dans une politique de valorisation et développement de la ville; a formé une équipe; a établi des structures opérationnelles pour l’expérimentation d’outils d’analyse qui aboutissent à l’élaboration d’un règlement pour la protection du patrimoine bâti et paysager. Le projet a participé à la formation d’acteurs locaux et a associé professionnels, chercheurs, enseignants et étudiants lao et étrangers.

Après une année de mise en route avec l’assistance du Service français de l’inventaire, il est apparu que le travail de récension ne porterait ses fruits que sur le long terme. L’évolution rapide du contexte urbain a amené alors à recadrer l’étude pour arriver plus rapidement à des premiers résultats contribuant à la mise en place d’une politique de protection. Une documentation sur les formes architecturales et urbaines a été constituée; un plan de protection a été établi sur la base d’un repérage des zones sensibles; des actions de sensibilisation et formation ont été menées; des chantiers pilotes de restauration ont servi d’exemple. En 2004, le projet était rentré dans sa phase opérationnelle et était inscrit dans le cadre de la révision du schéma directeur de la ville de Vientiane.

  

 

Métropoles d’Asie Pacifique

Le carnet présente le réseau « Métropoles d’Asie Pacifique », financé par le ministère de la Culture et de la communication et animé par le laboratoire IPRAUS (Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société, situé à l’Ecole d’Architecture de Paris-Belleville, ENSAPB). Depuis 1999, le réseau fédère des recherches sur les villes asiatiques dans le cadre de onze conventions de coopération de recherche et enseignement avec des instituts français et asiatiques (Cambodge, Chine, Indonésie, Thaïlande, Inde).

Le carnet expose les axes de recherche partagés par les membres du réseau, les programmes de recherche (aboutis/en cours/futurs), les évènements animés ou organisés par le réseau (ateliers dans des colloques, conférences, séminaires, enseignements…), les principales publications de ses membres, les thèses soutenues et en cours qui portent sur les villes asiatiques.