Groupe Norao : Trajectoires et territoires de l’urbain en Asie, lieux d’une autre modernité ?

Coordonné par Manuelle Franck (INALCO/HSTM) et Thierry Sanjuan (Université Paris I/PRODIG), ce réseau non institutionnalisé, qui fonctionne depuis 2007 comme une veille sur les questions urbaines en Asie orientale, regroupe une trentaine de chercheurs et enseignants-chercheurs de toute la France.

Si le thème urbain est certes classique et apparemment bien connu, il nous a cependant paru pertinent de travailler sur l’objet ville dans la mesure où des recherches sont en cours dans différentes disciplines, dans des logiques comparatives, tant par des chercheurs confirmés que par des doctorants, et que ces recherches sont en train de renouveler notre regard sur la ville en Asie, voire sur la ville tout court.

L’explosion urbaine de l’Asie s’accompagne en effet aussi bien de l’importation d’une modernité internationale de la ville que de nouvelles traductions dans les représentations, les pratiques et les matérialisations de la ville, liées à des sociétés nombreuses, anciennes et non occidentales. De nouvelles configurations intra-urbaines, réticulaires et d’échelle régionale apparaissent dans une Asie aujourd’hui pour partie aussi développée que les pays européens et nord-américains. En cela, notre fil rouge a été celui d’un questionnement sur l’actuelle production par l’Asie de nouvelles formes urbaines dans un contexte de compétition nationale et internationale. L’Asie urbaine, émergeant des anciennes conceptions d’une Asie de fortes densités rurales, et devenant l’un des pôles dominants de la globalisation par le nombre et le poids de ses métropoles, est-elle en train de devenir un lieu novateur pour la ville, pour nos villes ? A cette fin, le groupe s’interroge aussi sur les discours locaux et l’instrumentalisation de la ville par les sociétés asiatiques, sur l’identification de la diversité des villes, tant par leur culture que par leur place respective dans les réseaux économiques et urbains régionaux, et cherche à remettre la situation asiatique en perspective avec la chronologie des mouvements de l’urbanisme dans le monde. La question centrale est celle de l’originalité asiatique d’une appropriation de la modernité dans un contexte de développement accéléré. Consacré aux aspects intra-urbains de la ville en Asie, le programme a mis l’accent sur les formes du bâti et les structures urbaines, plus encore que sur les acteurs et les pratiques de la ville. Il ne s’agit plus tant de voir en quoi les villes asiatiques sont productrices de modèles alternatifs de la modernité occidentale, mais plutôt comment ces recompositions urbaines sont inscrites dans des trajectoires historiques fortes.

Le groupe se réunit trois à quatre fois par an pour une journée et a organisé un atelier au 4e congrès du Réseau Asie (14-16 septembre 2011). Ces séances et ateliers conduiront à la publication d’un ouvrage collectif en 2013.