Séminaire « Villes chinoises. Territoire et projet: enseignement et recherche » (2008)

 18 novembre 2008, IPRAUS – ENSAPB, Paris  

 Journée de séminaire du réseau MAP, du doctorat « Architecture » de l’Ecole doctorale « Ville et environnement » (ENPC-Université de Paris 8).

Coordonnée par: Pierre CLEMENT, Bruno FAYOLLE-LUSSAC, Nathalie LANCRET

 Les modalités du développement des villes chinoises ces dix dernières années sont parfois présentées comme une révolution urbaine, réinventant la ville du XXIe siècle, prenant sens à l’échelle du monde (Campanella, 2008). Ces modalités peuvent se décliner en termes de rythme, d’échelle (étalement, villes nouvelles), de mise en forme spectaculaire de l’espace (entre postmodernité et historicismes, recherche d’une modernité proprement chinoise tout en s’inspirant de références des cultures du monde), d’une confrontation entre la volonté de sauvegarder une part de l’héritage et l’inéluctable transformation du territoire urbain, maintenant confronté à la prise en compte des données de l’environnement (pollution) et du développement durable. Cette “révolution” rendue possible par le développement économique actuel induit des effets sociaux, notamment de ségrégation sociale souvent violente, se traduisant par une recomposition socio spatiale des aires urbanisées à toutes les échelles des villes (des métropoles aux villes moyennes et petites), induisant des questions de réorganisation des fonctions, des mobilités. Tout cela induit des représentations, des imaginaires inédits s’inscrivant dans les processus de projets à toutes les échelles du territoire. L’objet de ce séminaire, ici, a été de procéder à un  tour d’horizon sur ces thèmes, partant de recherches en cours, en vue de confronter les points de vue, les questions en suspens.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *