Journée d’étude « Patrimoine mondial et grands sites: Asie et Europe en miroir » (2007)

 26 octobre 2007, IPRAUS – ENSAPB, Paris

Coordonnée par: Inès Gaulis (IPRAUS)

Cette journée d’études a été consacrée aux sites du patrimoine mondial et aux grands sites. Sites qui sont soit exceptionnels par leurs dimensions (comme Angkor dont les zones protégées atteignent un total de 401km² ou le Val d’Orcia en Toscane qui occupe une superficie de près de61.000 hectares) soit par leur importance, mesurée par la valeur symbolique qu’ils revêtent et au public nombreux qu’en conséquence ils attirent (Angkor est passé de quelques dizaines de milliers de visiteurs annuels au début des années 90 à près d’un million en 2007, le Mont Saint-Michel attire chaque année près de quatre millions de visiteurs). Ces caractéristiques – grands par la taille, grands par leur valeur symbolique et historique, grands par le public qui afflue de plus en plus nombreux- ne sont pas sans poser des questions de gestion extrêmement complexes.

Cette journée, à travers l’invitation faite principalement à des acteurs, concepteurs-architectes, de plan de gestion, experts également, de présenter leur travail, a donc été l’occasion de lancer des pistes de réflexion sur cette question, toujours irrésolue ou résolue de manière insatisfaisante, de la gestion d’une part de la protection, d’autre part des flux croissants des visiteurs.

Elle a aussi été l’occasion d’une sorte de confrontation entre l’Asie et l’Europe. En Asie émerge actuellement une forte demande d’expertise dans le domaine du patrimoine comme aussi un public croissant, avide de découvrir ce patrimoine (le public qui actuellement croît le plus vite à Angkor est constitué des classes moyennes coréenne et chinoise, mais aussi en provenance de Singapour et des régions environnantes, qui découvrent les délices du tourisme). L’Europe, elle, est la région du monde où est née la notion de patrimoine, où celle-ci s’est progressivement constituée à la fois en pratiques de protection et de préservation et en doctrines de restauration. C’est aussi la région qui a exporté cette même notion et le regard particulier sur le passé que celle-ci implique à l’ensemble du monde. Pourtant Asie comme Europe sont désormais confrontées, dans ce domaine singulier du patrimoine, à l’essor de l’industrie mondiale du tourisme, laquelle suppose la mise au point d’outils de gestion de plus en plus complexes.

Cette journée nous a aussi permis d’approfondir une coopération déjà ancienne avec le Cambodge, grâce à l’intervention d’un ancien Ministre d’Etat, Monsieur Vann Molyvann, qui a été l’un des acteurs majeurs du classement d’Angkor en 1992 ; de lancer les premiers jalons de coopération nouvelle, notamment avec l’Université La Sapienza de Rome, à travers le professeur Paola Falini, experte auprès de l’UNESCO, pour l’élaboration de plans de gestion de sites patrimoniaux italiens, avec laquelle nous envisageons, au titre de la recherche comme à celui de l’enseignement, de poursuivre une coopération qui s’annonce fructueuse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *