Atelier « Les architectures de la ville » – Congrès du Réseau Asie (2007)

26-28 septembre 2007

Deux ateliers ont été organisés par des membres du réseau Métropoles d’Asie Pacifique. Le questionnement porte sur les rapports du projet à l’héritage, sur les perceptions, les représentations, les interprétations, voire les « insrumentalisations » de configurations spatiales héritées dans les projets architecturaux et urbains. La question essentielle est celle de la fabrication de la ville, en particulier des façons dont les dispositifs propres aux lieux et aux organisations des sociétés sont pris en compte dans les projets. Elle participe d’une interrogation plus large qui concerne les regards portés sur des passés plus ou moins lointains, les questions qui ont trait aux enjeux de patrimoine et de mémoire. Dans ce cadre et dans le cas des territoires concernés, Asie du sud-est et orientale, sont discutés, en autres, les phénomènes de résistance du local, de persistance, de résilience et de réminiscence de structures architecturales et urbaines anciennes.

Atelier 1: « Les architectures de la ville: représentation, perception et identité urbaine »

Coordonné par: Emmanuel Cerise

Participants: Caroline Herbelin; Dao Quang Vinh; Aline Demay; Adèle Esposito

 

Cet atelier questionne les représentations et perceptions de la ville et de son architecture utilisées par et pour le tourisme, mais aussi celles que véhicule le patrimoine reconnu ou en passe de l’être, et celles promues par des pays en quête ou en reconquête d’une identité nationale. Au gré de l’évolution historique des villes étudiées – celles du sud-est asiatique (Hanoi, Sapa et Siem Reap), leur identité urbaine s’est complexifiée d’influence exogène mais aussi de nationalisme emprunt d’idéologie. Ainsi, si les milieux intellectuels et savants ont joué un rôle de première importance en ce qui concerne l’architecture de la ville, ils ne sont pas les seuls à créer l’identité urbaine. Les habitants apportent leur savoir-faire dans la fabrication de l’urbanité, faisant preuve d’une inventivité toute contemporaine. Les touristes apportent quant à eux un regard et des pratiques urbaines qui leur sont spécifiques, aidant à l’émergence d’un patrimoine architectural, urbain et paysager.

Atelier 2: « Architectures de la ville: les représentations cartographiques, « plans-constats » et « plans-projets » et leur impact sur la fabrication urbaine

Coordonné par: Sophie Clément et Nathalie Lancret

Participants: Inès Gaulis; Aline Hétreau-Pottier; Sophie Clément; Bruno Fayolle Lussac

 

L’atelier porte sur les formes de symbolisation de l’espace urbain que sont les plans de villes. La question essentielle ici est celle du rapport au territoire et aux héritages dans les représentations. Quels sont les regards portés sur les dispositifs spatiaux propres aux lieux et aux organisations des sociétés ? Qu’est-il vu, identifié, relevé et représenté dans les documents cartographiques ? Quelles sont les significations que les modes de représentation leur confèrent ? Ces interrogations s’inscrivent dans une réflexion plus générale sur l’impact des représentations cartographiques sur la fabrication de la ville et de ses architectures aujourd’hui ─ sa réalité urbaine, sa formation et ses transformations, entre héritage et projet.

 

Le questionnement repose sur un double constat. Le contexte actuel de transition politique et économique correspond à un moment particulier de confrontation entre des projets marqués par l’internationalisation et des organisations de société héritées, anciennes, très ancrées dans un univers des pratiques, dont les expressions spatiales demeurent très présentes dans les formes de la ville contemporaine. De nouveaux regards, suscités par des logiques et des enjeux puissants, souvent contradictoires ─ constructions identitaires, politiques patrimoniales, raisons économiques souvent très liées au tourisme ─ sont désormais portés sur les héritages, sur les passés plus ou moins lointains des lieux et des sociétés, et sur leurs spécificités.

 

L’attention porte sur les plans de l’existant ou « plans-constats » dont les choix de représentation sont révélateurs de ce que l’on veut donner à voir de la réalité urbaine en fonction de la commande et des significations attribuées aux différentes composantes des lieux. Elle s’intéresse aussi aux projets, en particulier aux documents qui intègrent la dimension patrimoniale. En cette occurrence, les perceptions et les représentations de la ville et de ses héritages sont établies en vue de l’action, en amont et dans la perspective du projet.

 

Deux approches sont développées. Les plans comme objet de connaissance de la ville, source première pour l’étude des formes architecturales et urbaines, qui permet une lecture des stratifications historiques de l’espace urbain afin d’en comprendre la valeur signifiante dans la structure urbaine actuelle. Les plans comme outil et support du projet, et, ce faisant, comme producteurs de transformations urbaines.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *