Atelier « Cities at the edge of metropolisation » – EUROSEAS 2004

Atelier tenu au congrès EUROSEAS (European Association of Southeast Asian Studies), septembre 2004, Paris

Coordonné par: Sophie Clément ; Manuelle Franck; Charles Goldblum; Nathalie Lancret.

Participants:Christian Taillard, Nathalie Fau, Karine Peyronnie, Meine Pieter Van Dijk, Irendra Rajawali, Wong Tai Chee, Nelly Krowolski, Emmanuel Cerise, Bruno Fayolle Lussac, Thomas Beaufils, Xavier Guillot, Lisa Ros.

 Dans le sillage de Saskia Sassen et pour l’Asie, de Terry Mc Gee, les études urbaines des années 1990 se sont largement penchées sur le processus de métropolisation dans le monde, analysant l’évolution fonctionnelle, socio-économique et morphologique des grandes aires métropolitaines dans un contexte de globalisation économique.

La proposition de ce panel a été de présenter une nouvelle perspective en s’intéressant à l’impact de l’internationalisation de l’économie urbaine et de la régionalisation du système monde sur des villes situées aux marges de la métropolisation, que ce soient des grandes capitales régionales telles Medan, Surabaya, Danang ou Denpasar, ou de petites capitales nationales, telles Vientiane ou Phnom Penh. La spécificité de notre approche a été de privilégier une triple appartenance de ces villes : elles sont ancrées à un territoire régional et national ; elles participent aux hiérarchies urbaines dominées par le réseau des métropoles asiatiques ; elles acquièrent de nouvelles fonctions internationales dans le cadre d’organisations transnationales émergentes.

Le questionnement a porté sur l’articulation de ces trois échelles. Quels sont les marqueurs et les acteurs de l’internationalisation dans ces villes? Quelles sont leurs capacités et leurs formes d’organisation territoriale? Quelles sont les nouvelles modalités de fabrication urbaine et de construction régionale liées à la mise en oeuvre des projets sur financements internationaux?

Ce panel a réexaminé la place de ces villes, souvent sous-évaluée, dans la compréhension des dynamiques urbaines et régionales en Asie du Sud-Est et d’affiner les concepts qui en rendent compte. Dans ce contexte, l’architecture de la ville en tant qu’objet de recherche se charge de significations particulières en raison :

  • de la montée en puissance du développement urbain  qui provoque des bouleversements rapides et profonds des structures existantes ;
  • de la présence persistante de formes architecturales et urbaines anciennes et de modes d’organisation de l’espace traditionnels ;
  •  de l’introduction de modèles exogènes ;
  • de la succession et des superpositions changeantes de plusieurs modes de conception, de représentation et de projection des villes considérées.

Aussi la question de la transition, de la place des villes dans ce mouvement, et de ses effets sur les formes architecturales et urbaines a-t-elle participé de la proposition de ce panel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *