Séminaire « Patrimoine et développement urbain au Laos: Vientiane et Luang Prabang » (2004)

Dans le cadre du Programme d’Inventaire et d’Etude du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager de la ville de Vientiane (IEPAUP), plusieurs expositions ont-elles été organisées à Vientiane, afin de rendre compte et accompagner les travaux de l’Atelier du Patrimoine:

  • 1900 – 2000, Vientiane à travers une lecture cartographique (Centre de langue française, 2-31 mars 2000). Equipe organisatrice : Atelier du Patrimoine, Chayphet Sayarath (IEPAUP), Pierre Clément (IPRAUS-EAPB), Nathalie Lancret (IPRAUS-EAPB), enseignants/étudiants de la formation de 3e cycle en Architecture et Aménagement Urbain intitulée Métropoles d’Asie-Pacifique (EAPLV, EAPB et IFU).
  • Etude de l’îlot de Vat Ongtu et Vat Chanh (Monastère de Vat Ongtu, 2001). Commissaire de l’exposition : Chayphet Sayarath ; équipe organisatrice : Atelier du Patrimoine.
  • Vientiane, patrimoine et ville contemporaine (Ecole des Beaux-Arts, novembre-décembre 2002). Commissaire de l’exposition : Chayphet Sayarath ; équipe organisatrice : Atelier du Patrimoine avec le soutien de l’EFEO et du Centre de langue française de Vientiane, avec la participation d’Olivier Boucheron, Laurent Hertenberger et Rozenn Kervella.

Dans le prolongement de ces manifestations, une exposition Vientiane … Luang Prabang : patrimoine et développement durable a été présentée à Paris, à l’Ecole d’achitecture de Paris-Belleville, du 26 avril au 14 mai 2004. Elle a été réalisée à l’Ipraus à partir des travaux de l’Atelier du Patrimoine de Vientiane et de la Maison du Patrimoine de Luang Prabang.

L’exposition présente une vision prospective des enjeux patrimoniaux resitués dans l’évolution urbaine de Vientiane, ainsi que la contribution proposée par l’Atelier du patrimoine pour assurer une gestion durable et responsable du capital hérité : inventaire, repérage de périmètres sensibles, élaboration d’outils de gestion réglementaires, estimation des moyens d’intervention à mettre en œuvre ; traduction de ces outils dans les documents d’urbanisme avec rédaction d’une réglementation modulée ; organisation d’une véritable politique du patrimoine par la mise en place d’une base institutionnelle appuyée sur l’Atelier du patrimoine ; propositions de modes de financement permettant de pérenniser cette structure mise en place avec l’appui des ministères français de la Culture et de la Communication, et des Affaires Etrangères.

Une première approche traite de la construction urbaine saisie à travers la lecture de plans de différentes époques, l’organisation du tissu urbain, les découpages fonciers et l’identification des différentes typologies architecturales, résultat du travail de recensement et d’analyse des archives mené par l’Atelier du Patrimoine.Une seconde approche, à partir de son patrimoine architectural, urbain et paysager, met l’accent sur la diversité formelle et fonctionnelle, les enjeux révélés par l’inventaire et les évolutions inadéquates qui marquent le renouvellement du paysage urbain.

Quant à Luang Prabang, il s’agissait de rendre compte des dernières études et travaux réalisés par la Maison du Patrimoine, établissement public en charge de la protection et de la mise en valeur de Luang Prabang, ancienne capitale royale du Laos, qui a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial par l’ UNESCO en décembre 1995. Au moment de sa création, la Maison du Patrimoine s’est consacrée à l’inventaire des six cent onze bâtiments inscrits et des cent quatre vingt trois mares et zones humides de la ville ancienne, pour ensuite élaborer un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) adapté de la procédure française issue de la loi Malraux, afin de permettre aux autorités laos de maîtriser le développement de la ville en protégeant le patrimoine.

Ont ensuite été engagé une série de chantiers expérimentaux qui ont permis de mettre au point des techniques, de former du personnel et des entreprises, de relancer la production de matériaux traditionnels comme la terre cuite qui avait disparu à Luang Prabang : restauration de temples, d’édifices en bois, redécouverte des techniques ancestrales d’enduits et de pigmentation, venelles, systèmes de drainage, autant de réalisations dont les enseignements ont été soigneusement consignés et capitalisés pour orienter la conception des ouvrages d’aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *