Conference: « The Architecture of Southeast Asian Cities »

Registration is open for the conference « The Architecture of Southeast Asian Cities: How Do Architectural and Urban Expressions of Modernity Relate to Heritage ». Please, find here the program of the conference, and do not hesitate to contact Dr. Adele Esposito for further information

Contact: adeleesposito@yahoo.fr

Programme_conférence.Villes.Asie

EUROSEAS Call for papers, Panel n°60: SOUTHEAST ASIAN CITIES’ EXPRESSIONS OF MODERNITY IN THEIR RELATION TO LOCAL HERITAGES

Lisboa, 2nd-5th July 2013; Deadline for sending abstract proposals (max 1500 characters) : 30th November

Organizers: Dr. Adèle Esposito, IPRAUS (France) and Dr. Philippe Peycam, IIAS (the Netherlands)
Mailing addresses: adeleesposito@yahoo.fr p.m.f.peycam@iias.nl

Internationalization introduces new agents, models, vocabulary and conceptual tools that shape urban development in Southeast Asian cities. The panel will explore spatial configurations created in these contexts, questioning the forms of modernity expressed by architectural and urban projects. With the purpose of challenging a general assumption according to which Asian and especially Southeast Asian urban landscapes affected by recent developments tend toward irremediable standardization and “Westernization”, the panel will explore local expressions of modernity through the examination of projects pointing to a reinterpretation of forms of local heritages. .
Papers analysing expressions of modernity through the renewal of inherited forms in architectural and urban design are invited to participate in this panel. Special attention will be paid to projects that integrate spatial remains, are inspired by inherited forms, models and practices, or are founded on the representation and reinterpretation of local heritages transposed into new types and models.

For more information, please, have a look at the call for papers published on the EUROSEAS website:http://www.euroseas.org/platform/en/content/7th-euroseas-conference-95-selected-panels-call-for-papers-is-now-open

EUROSEAS Call for papers, panel: « Transforming Southeast Asian Cities: a View from the Grassroots »

Lisbon, 2-5 July 2013 – Deadline for submitting abstracts 1500 characters + short biosketch : 15th November 2012

This panel focuses on the means of individuals and groups to access urban power. Based on empirical approaches, the aim of this panel is to analyze contemporary urban dynamics at the local scale in Southeast Asian cities. In particular we will address mechanisms of urban change, as they can be seen at the neighborhood level. With the ongoing transformations, both in city centers and in the peripheries, are there new forms of urban practices, of resistance? What is the role of the people at the grassroots in such transformations? These interactions can be read from such scales as the home, the street and the neighborhood. From this viewpoint, how can we consider urban oppositional processes, for instance a formal sector to an informal one, public actors to private ones, the authorities to citizens? Such processes in fact question not only the ways a city is shaped by its inhabitants, but also the effective role, power and voices of the various stakeholders. People are contributing to the evolution of the city, by developing strategies and adapting local space to their needs. But these adaptations also reveal inequalities between inhabitants depending on their social, political and economic resources. 

Scholars and postgraduate research students in any discipline are invited to submit proposals. The abstract submission (1500 signs plus a short biosketch) should be send to Marie Gibert (marie_gibert@hotmail.com) before the 15th of November. The panel will be finalised by the end of November. For more information about the conference: http://www.euroseas.org.

Organizers: Gabriel FAUVEAUD, Ph.D. student, University Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Mixed Research Unit Prodig gabriel.fauveaud@gmail.com; Marie GIBERT, Ph.D. student, University Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Mixed Research Unit Prodig marie_gibert@hotmail.comJérôme TADIÉ, Research Fellow, IRD (Institut de recherche pour le développement) Mixed Research Unit Prodig jerome.tadie@ird.frwww.inverses.org

Appel à contribution CONFERENCE INTERNATIONALE / Call for papers INTERNATIONAL CONFERENCE

Architecture des villes d’Asie du Sud-Est. Vers des expressions de la modernité en rapport avec les héritages ?

The Architecture of Southeast Asian Cities: how do Architectural and Urban Expressions of Modernity relate to Heritage?

Call for papers in French and in English can be downloaded at the bottom of the page!

ENSAPB, 60 boulevard de la Villette, 75019, Paris – 12-14 Juin 2013

The call for papers is now closed. The scientific committee will communicate its decision after the 15th November 2012

La conférence est organisée par le groupe de recherche Architecture et villes de l’Asie contemporaine : héritages et projets de l’unité UMR AUSSER n° 3329 qui réunit les laboratoires de recherche IPRAUS, ACS et OCS. Elle se déroulera du 12 au 14 juin 2013 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville (ENSAPB).

La conférence portera sur la fabrication contemporaine des villes d’Asie du Sud-Est. Cette aire géographique est caractérisée par la grande diversité de son peuplement à l’origine d’échanges culturels anciens qui, par interactions et métissages, ont conduit à l’élaboration de cultures spatiales originales. Les mutations accélérées connues de nos jours par les villes de cette aire géographique conduisent à interroger la rémanence de ces cultures héritées dans les projets récents.

Si l’internationalisation de la production urbaine met à l’épreuve la résistance de ces cultures, l’hypothèse aujourd’hui dominante d’une uniformisation de l’urbanisation  mérite d’être examinée à la lumière des trajectoires historiques singulières des villes, de la persistance de dispositifs anciens et des préoccupations patrimoniales qui sont d’actualité dans les politiques des États-Nations.

 Les ateliers étudieront les situations de contact entre les acteurs, les référents et les dispositifs opérationnels à l’œuvre dans la conception et la réalisation des projets architecturaux et urbains, ainsi que les interactions entre projets qui participent à la coproduction de l’espace urbain. Ils interrogeront la circulation des modèles, ainsi que leur réception par différentes catégories d’agents, et notamment par les habitants qui s’approprient, transforment voire contestent les actions d’aménagement imposées d’en haut.

Les expressions architecturales et urbaines de la modernité dérivant de ces échanges culturels et de ces métissages seront mises au cœur du questionnement. Les contributions aux ateliers argumenteront ou contesteront l’hypothèse selon laquelle ces expressions sont originales, en tant que fruit de rencontres entre apports exogènes, appropriations locales, et déterminants culturels contextuels.

Ces questions ne seront pas seulement traitées par l’analyse de nouvelles créations, mais aussi par celle des projets de sauvegarde et de mise en valeur des héritages architecturaux et urbains. Les objets et les sites patrimoniaux servent, en effet, de support pour la formulation de représentations savantes qui puisent dans des bagages culturels externes aux cultures asiatiques, tout en mobilisant les spécificités locales.

La réflexion est délibérément focalisée sur les pays d’Asie du Sud-Est, qui ont été privilégiés par notre groupe de recherche depuis la fin des années 1970. Néanmoins, la limitation à l’espace de l’ASEAN est aussi justifiée par l’intensité des dynamiques transnationales qui favorisent la circulation des cadres analytiques et opérationnels liés à la production urbaine. Les périmètres et les réseaux de ces phénomènes de communication qui traversent l’ASEAN restent à explorer. Dans le contexte actuel de régionalisation, ils ne peuvent être considérés dans leur environnement sud-est asiatique seul. La régionalisation, qui a été principalement traitée à partir de la géographie, de l’histoire ou des sciences politiques, sera ainsi questionnée pour son rôle dans la fabrication des villes contemporaines.       

La conférence a pour objectif de fédérer les recherches qui, en France et à l’étranger, portent sur les villes contemporaines d’Asie du Sud-Est. Son approche est interdisciplinaire : la fabrication urbaine pourra être interrogée à partir d’approches spécifiquement architecturales et urbaines, mais aussi celles des concepts et méthodes propres aux sciences sociales. Ces travaux aboutiront à une publication collective.

Elle se déroulera pendant trois jours, du 12 au 14 juin 2013, à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville (60, boulevard de la Villette, 75019 Paris).

Les questionnements seront regroupés en cinq ateliers thématiques suivis d’un débat. La conférence s’achèvera par une table ronde de clôture.

Les contributions en français comme en anglais seront les bienvenues. Les propositions de communication limitées à environ 200 mots retiendront jusqu’à trois mots clés et mentionneront le titre de l’atelier dans lequel elles souhaitent s’insérer. Elles seront accompagnées par une courte note bibliographique relative à le ou les auteur(s) retraçant leur(s) parcours scientifique et les publications principales.

ECHEANCIER:

La date limite pour l’envoi des résumés est fixée au 30 septembre 2012.La réponse du comité scientifique leur sera communiquée avant le 31 octobre 2012. Les intervenants sélectionnés enverront une première version de leur contribution (limitée à 25.000 et 30.000 signes, espaces compris) avant le 30 avril 2013. Les textes pourront être rédigés en français ou en anglais.

L’inscription à la conference est gratuite, mais les organisateurs ne seront pas en mesure de contribuer financièrement pour le voyage et le séjour des participants.  Pour toute demande d’informations complémentaires et pour l’envoi des propositions, contactez la coordinatrice de la conférence :

Dr. Adèle Esposito adeleesposito@yahoo.fr


Téléchargez l’appel à contribution en français: 

Appel à contribution_Architecture villes ASE

Download the call for papers in English:

Call-for-papers_Architecture-SEA-Cities

 

Groupe Norao : Trajectoires et territoires de l’urbain en Asie, lieux d’une autre modernité ?

Coordonné par Manuelle Franck (INALCO/HSTM) et Thierry Sanjuan (Université Paris I/PRODIG), ce réseau non institutionnalisé, qui fonctionne depuis 2007 comme une veille sur les questions urbaines en Asie orientale, regroupe une trentaine de chercheurs et enseignants-chercheurs de toute la France.

Si le thème urbain est certes classique et apparemment bien connu, il nous a cependant paru pertinent de travailler sur l’objet ville dans la mesure où des recherches sont en cours dans différentes disciplines, dans des logiques comparatives, tant par des chercheurs confirmés que par des doctorants, et que ces recherches sont en train de renouveler notre regard sur la ville en Asie, voire sur la ville tout court.

L’explosion urbaine de l’Asie s’accompagne en effet aussi bien de l’importation d’une modernité internationale de la ville que de nouvelles traductions dans les représentations, les pratiques et les matérialisations de la ville, liées à des sociétés nombreuses, anciennes et non occidentales. De nouvelles configurations intra-urbaines, réticulaires et d’échelle régionale apparaissent dans une Asie aujourd’hui pour partie aussi développée que les pays européens et nord-américains. En cela, notre fil rouge a été celui d’un questionnement sur l’actuelle production par l’Asie de nouvelles formes urbaines dans un contexte de compétition nationale et internationale. L’Asie urbaine, émergeant des anciennes conceptions d’une Asie de fortes densités rurales, et devenant l’un des pôles dominants de la globalisation par le nombre et le poids de ses métropoles, est-elle en train de devenir un lieu novateur pour la ville, pour nos villes ? A cette fin, le groupe s’interroge aussi sur les discours locaux et l’instrumentalisation de la ville par les sociétés asiatiques, sur l’identification de la diversité des villes, tant par leur culture que par leur place respective dans les réseaux économiques et urbains régionaux, et cherche à remettre la situation asiatique en perspective avec la chronologie des mouvements de l’urbanisme dans le monde. La question centrale est celle de l’originalité asiatique d’une appropriation de la modernité dans un contexte de développement accéléré. Consacré aux aspects intra-urbains de la ville en Asie, le programme a mis l’accent sur les formes du bâti et les structures urbaines, plus encore que sur les acteurs et les pratiques de la ville. Il ne s’agit plus tant de voir en quoi les villes asiatiques sont productrices de modèles alternatifs de la modernité occidentale, mais plutôt comment ces recompositions urbaines sont inscrites dans des trajectoires historiques fortes.

Le groupe se réunit trois à quatre fois par an pour une journée et a organisé un atelier au 4e congrès du Réseau Asie (14-16 septembre 2011). Ces séances et ateliers conduiront à la publication d’un ouvrage collectif en 2013.


Séminaire « Villes chinoises. Territoire et projet: enseignement et recherche » (2008)

 18 novembre 2008, IPRAUS – ENSAPB, Paris  

 Journée de séminaire du réseau MAP, du doctorat « Architecture » de l’Ecole doctorale « Ville et environnement » (ENPC-Université de Paris 8).

Coordonnée par: Pierre CLEMENT, Bruno FAYOLLE-LUSSAC, Nathalie LANCRET

 Les modalités du développement des villes chinoises ces dix dernières années sont parfois présentées comme une révolution urbaine, réinventant la ville du XXIe siècle, prenant sens à l’échelle du monde (Campanella, 2008). Ces modalités peuvent se décliner en termes de rythme, d’échelle (étalement, villes nouvelles), de mise en forme spectaculaire de l’espace (entre postmodernité et historicismes, recherche d’une modernité proprement chinoise tout en s’inspirant de références des cultures du monde), d’une confrontation entre la volonté de sauvegarder une part de l’héritage et l’inéluctable transformation du territoire urbain, maintenant confronté à la prise en compte des données de l’environnement (pollution) et du développement durable. Cette “révolution” rendue possible par le développement économique actuel induit des effets sociaux, notamment de ségrégation sociale souvent violente, se traduisant par une recomposition socio spatiale des aires urbanisées à toutes les échelles des villes (des métropoles aux villes moyennes et petites), induisant des questions de réorganisation des fonctions, des mobilités. Tout cela induit des représentations, des imaginaires inédits s’inscrivant dans les processus de projets à toutes les échelles du territoire. L’objet de ce séminaire, ici, a été de procéder à un  tour d’horizon sur ces thèmes, partant de recherches en cours, en vue de confronter les points de vue, les questions en suspens.

 

Journée d’étude « Patrimoine mondial et grands sites: Asie et Europe en miroir » (2007)

 26 octobre 2007, IPRAUS – ENSAPB, Paris

Coordonnée par: Inès Gaulis (IPRAUS)

Cette journée d’études a été consacrée aux sites du patrimoine mondial et aux grands sites. Sites qui sont soit exceptionnels par leurs dimensions (comme Angkor dont les zones protégées atteignent un total de 401km² ou le Val d’Orcia en Toscane qui occupe une superficie de près de61.000 hectares) soit par leur importance, mesurée par la valeur symbolique qu’ils revêtent et au public nombreux qu’en conséquence ils attirent (Angkor est passé de quelques dizaines de milliers de visiteurs annuels au début des années 90 à près d’un million en 2007, le Mont Saint-Michel attire chaque année près de quatre millions de visiteurs). Ces caractéristiques – grands par la taille, grands par leur valeur symbolique et historique, grands par le public qui afflue de plus en plus nombreux- ne sont pas sans poser des questions de gestion extrêmement complexes.

Cette journée, à travers l’invitation faite principalement à des acteurs, concepteurs-architectes, de plan de gestion, experts également, de présenter leur travail, a donc été l’occasion de lancer des pistes de réflexion sur cette question, toujours irrésolue ou résolue de manière insatisfaisante, de la gestion d’une part de la protection, d’autre part des flux croissants des visiteurs.

Elle a aussi été l’occasion d’une sorte de confrontation entre l’Asie et l’Europe. En Asie émerge actuellement une forte demande d’expertise dans le domaine du patrimoine comme aussi un public croissant, avide de découvrir ce patrimoine (le public qui actuellement croît le plus vite à Angkor est constitué des classes moyennes coréenne et chinoise, mais aussi en provenance de Singapour et des régions environnantes, qui découvrent les délices du tourisme). L’Europe, elle, est la région du monde où est née la notion de patrimoine, où celle-ci s’est progressivement constituée à la fois en pratiques de protection et de préservation et en doctrines de restauration. C’est aussi la région qui a exporté cette même notion et le regard particulier sur le passé que celle-ci implique à l’ensemble du monde. Pourtant Asie comme Europe sont désormais confrontées, dans ce domaine singulier du patrimoine, à l’essor de l’industrie mondiale du tourisme, laquelle suppose la mise au point d’outils de gestion de plus en plus complexes.

Cette journée nous a aussi permis d’approfondir une coopération déjà ancienne avec le Cambodge, grâce à l’intervention d’un ancien Ministre d’Etat, Monsieur Vann Molyvann, qui a été l’un des acteurs majeurs du classement d’Angkor en 1992 ; de lancer les premiers jalons de coopération nouvelle, notamment avec l’Université La Sapienza de Rome, à travers le professeur Paola Falini, experte auprès de l’UNESCO, pour l’élaboration de plans de gestion de sites patrimoniaux italiens, avec laquelle nous envisageons, au titre de la recherche comme à celui de l’enseignement, de poursuivre une coopération qui s’annonce fructueuse.

Atelier « Les architectures de la ville » – Congrès du Réseau Asie (2007)

26-28 septembre 2007

Deux ateliers ont été organisés par des membres du réseau Métropoles d’Asie Pacifique. Le questionnement porte sur les rapports du projet à l’héritage, sur les perceptions, les représentations, les interprétations, voire les « insrumentalisations » de configurations spatiales héritées dans les projets architecturaux et urbains. La question essentielle est celle de la fabrication de la ville, en particulier des façons dont les dispositifs propres aux lieux et aux organisations des sociétés sont pris en compte dans les projets. Elle participe d’une interrogation plus large qui concerne les regards portés sur des passés plus ou moins lointains, les questions qui ont trait aux enjeux de patrimoine et de mémoire. Dans ce cadre et dans le cas des territoires concernés, Asie du sud-est et orientale, sont discutés, en autres, les phénomènes de résistance du local, de persistance, de résilience et de réminiscence de structures architecturales et urbaines anciennes.

Atelier 1: « Les architectures de la ville: représentation, perception et identité urbaine »

Coordonné par: Emmanuel Cerise

Participants: Caroline Herbelin; Dao Quang Vinh; Aline Demay; Adèle Esposito

 

Cet atelier questionne les représentations et perceptions de la ville et de son architecture utilisées par et pour le tourisme, mais aussi celles que véhicule le patrimoine reconnu ou en passe de l’être, et celles promues par des pays en quête ou en reconquête d’une identité nationale. Au gré de l’évolution historique des villes étudiées – celles du sud-est asiatique (Hanoi, Sapa et Siem Reap), leur identité urbaine s’est complexifiée d’influence exogène mais aussi de nationalisme emprunt d’idéologie. Ainsi, si les milieux intellectuels et savants ont joué un rôle de première importance en ce qui concerne l’architecture de la ville, ils ne sont pas les seuls à créer l’identité urbaine. Les habitants apportent leur savoir-faire dans la fabrication de l’urbanité, faisant preuve d’une inventivité toute contemporaine. Les touristes apportent quant à eux un regard et des pratiques urbaines qui leur sont spécifiques, aidant à l’émergence d’un patrimoine architectural, urbain et paysager.

Atelier 2: « Architectures de la ville: les représentations cartographiques, « plans-constats » et « plans-projets » et leur impact sur la fabrication urbaine

Coordonné par: Sophie Clément et Nathalie Lancret

Participants: Inès Gaulis; Aline Hétreau-Pottier; Sophie Clément; Bruno Fayolle Lussac

 

L’atelier porte sur les formes de symbolisation de l’espace urbain que sont les plans de villes. La question essentielle ici est celle du rapport au territoire et aux héritages dans les représentations. Quels sont les regards portés sur les dispositifs spatiaux propres aux lieux et aux organisations des sociétés ? Qu’est-il vu, identifié, relevé et représenté dans les documents cartographiques ? Quelles sont les significations que les modes de représentation leur confèrent ? Ces interrogations s’inscrivent dans une réflexion plus générale sur l’impact des représentations cartographiques sur la fabrication de la ville et de ses architectures aujourd’hui ─ sa réalité urbaine, sa formation et ses transformations, entre héritage et projet.

 

Le questionnement repose sur un double constat. Le contexte actuel de transition politique et économique correspond à un moment particulier de confrontation entre des projets marqués par l’internationalisation et des organisations de société héritées, anciennes, très ancrées dans un univers des pratiques, dont les expressions spatiales demeurent très présentes dans les formes de la ville contemporaine. De nouveaux regards, suscités par des logiques et des enjeux puissants, souvent contradictoires ─ constructions identitaires, politiques patrimoniales, raisons économiques souvent très liées au tourisme ─ sont désormais portés sur les héritages, sur les passés plus ou moins lointains des lieux et des sociétés, et sur leurs spécificités.

 

L’attention porte sur les plans de l’existant ou « plans-constats » dont les choix de représentation sont révélateurs de ce que l’on veut donner à voir de la réalité urbaine en fonction de la commande et des significations attribuées aux différentes composantes des lieux. Elle s’intéresse aussi aux projets, en particulier aux documents qui intègrent la dimension patrimoniale. En cette occurrence, les perceptions et les représentations de la ville et de ses héritages sont établies en vue de l’action, en amont et dans la perspective du projet.

 

Deux approches sont développées. Les plans comme objet de connaissance de la ville, source première pour l’étude des formes architecturales et urbaines, qui permet une lecture des stratifications historiques de l’espace urbain afin d’en comprendre la valeur signifiante dans la structure urbaine actuelle. Les plans comme outil et support du projet, et, ce faisant, comme producteurs de transformations urbaines.

 

 

Atelier « Architectures de la ville: structures du temps long, patrimoine et projets » – Congrès du Réseau Asie 2005

Coordonné par: Nathalie Lancret (IPRAUS-CNRS)

Modérateur: Pierre Clément (IPRAUS – ENSAPB)

Participants: France Mangin; Inès Gaulis; Emmanuel Cerise; Christian Pédélahore de Loddis; Emmanuel Pouille; Nathalie Lancret; Bruno Fayolle-Lussac; Zhang Liang; Philippe Bonnin; Masatsugu Nishida; Jean-Sébastien Cluzel; Sophie Clément; Thomas Beaufils.

Nous proposons ici de poursuivre les réflexions engagées lors du premier congrès du Réseau Asie sur l’architecture de la ville. Si la recherche sur l’architecture et la ville en Asie est ancienne, elle doit aujourd’hui faire face à une nouvelle donne relative au contexte de transition – ouverture et internationalisation des économies – et aux effets d’accélération de l’urbanisation, là où précisément le fait urbain avait été mis en cause dans son existence même dans la seconde moitié du XXe siècle. Il en résulte des mutations profondes, notamment dans les formes, les échelles et les dynamiques des projets qui participent de la fabrication des villes.

Notre attention porte ici sur les rémanences et les persistances de structures architecturales et urbaines anciennes confrontées aux composantes exogènes qui entrent en jeu dans la conception et la mise en œuvre de nouveaux projets, mais également dans les pratiques habitantes et les “ manières de faire ” des usagers de la ville. Cette orientation permettra notamment d’aborder la question de la longue durée, d’identifier les composantes fortes et récurrentes de la ville asiatique, de dégager des actions volontaristes et des intentions moins conscientes qui entrent en jeu dans la formation des villes. Il a été décidé de privilégier l’étude des formes contemporaines de la ville, dans leurs dimensions projectuelles, et remonter dans le temps pour en comprendre la genèse, les permanences et les transformations.

Nous privilégions ici les questions patrimoniales, dans leur acception projectuelle, nous intéressant à la dialectique du patrimoine et du projet dans la fabrication de la ville. Sont abordées deux thématiques principales :

  • émergence et construction de la question du patrimoine ;
  • patrimoine et grands projets urbains.

Atelier « Cities at the edge of metropolisation » – EUROSEAS 2004

Atelier tenu au congrès EUROSEAS (European Association of Southeast Asian Studies), septembre 2004, Paris

Coordonné par: Sophie Clément ; Manuelle Franck; Charles Goldblum; Nathalie Lancret.

Participants:Christian Taillard, Nathalie Fau, Karine Peyronnie, Meine Pieter Van Dijk, Irendra Rajawali, Wong Tai Chee, Nelly Krowolski, Emmanuel Cerise, Bruno Fayolle Lussac, Thomas Beaufils, Xavier Guillot, Lisa Ros.

 Dans le sillage de Saskia Sassen et pour l’Asie, de Terry Mc Gee, les études urbaines des années 1990 se sont largement penchées sur le processus de métropolisation dans le monde, analysant l’évolution fonctionnelle, socio-économique et morphologique des grandes aires métropolitaines dans un contexte de globalisation économique.

La proposition de ce panel a été de présenter une nouvelle perspective en s’intéressant à l’impact de l’internationalisation de l’économie urbaine et de la régionalisation du système monde sur des villes situées aux marges de la métropolisation, que ce soient des grandes capitales régionales telles Medan, Surabaya, Danang ou Denpasar, ou de petites capitales nationales, telles Vientiane ou Phnom Penh. La spécificité de notre approche a été de privilégier une triple appartenance de ces villes : elles sont ancrées à un territoire régional et national ; elles participent aux hiérarchies urbaines dominées par le réseau des métropoles asiatiques ; elles acquièrent de nouvelles fonctions internationales dans le cadre d’organisations transnationales émergentes.

Le questionnement a porté sur l’articulation de ces trois échelles. Quels sont les marqueurs et les acteurs de l’internationalisation dans ces villes? Quelles sont leurs capacités et leurs formes d’organisation territoriale? Quelles sont les nouvelles modalités de fabrication urbaine et de construction régionale liées à la mise en oeuvre des projets sur financements internationaux?

Ce panel a réexaminé la place de ces villes, souvent sous-évaluée, dans la compréhension des dynamiques urbaines et régionales en Asie du Sud-Est et d’affiner les concepts qui en rendent compte. Dans ce contexte, l’architecture de la ville en tant qu’objet de recherche se charge de significations particulières en raison :

  • de la montée en puissance du développement urbain  qui provoque des bouleversements rapides et profonds des structures existantes ;
  • de la présence persistante de formes architecturales et urbaines anciennes et de modes d’organisation de l’espace traditionnels ;
  •  de l’introduction de modèles exogènes ;
  • de la succession et des superpositions changeantes de plusieurs modes de conception, de représentation et de projection des villes considérées.

Aussi la question de la transition, de la place des villes dans ce mouvement, et de ses effets sur les formes architecturales et urbaines a-t-elle participé de la proposition de ce panel.

Séminaire « Patrimoine et développement urbain au Laos: Vientiane et Luang Prabang » (2004)

Dans le cadre du Programme d’Inventaire et d’Etude du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager de la ville de Vientiane (IEPAUP), plusieurs expositions ont-elles été organisées à Vientiane, afin de rendre compte et accompagner les travaux de l’Atelier du Patrimoine:

  • 1900 – 2000, Vientiane à travers une lecture cartographique (Centre de langue française, 2-31 mars 2000). Equipe organisatrice : Atelier du Patrimoine, Chayphet Sayarath (IEPAUP), Pierre Clément (IPRAUS-EAPB), Nathalie Lancret (IPRAUS-EAPB), enseignants/étudiants de la formation de 3e cycle en Architecture et Aménagement Urbain intitulée Métropoles d’Asie-Pacifique (EAPLV, EAPB et IFU).
  • Etude de l’îlot de Vat Ongtu et Vat Chanh (Monastère de Vat Ongtu, 2001). Commissaire de l’exposition : Chayphet Sayarath ; équipe organisatrice : Atelier du Patrimoine.
  • Vientiane, patrimoine et ville contemporaine (Ecole des Beaux-Arts, novembre-décembre 2002). Commissaire de l’exposition : Chayphet Sayarath ; équipe organisatrice : Atelier du Patrimoine avec le soutien de l’EFEO et du Centre de langue française de Vientiane, avec la participation d’Olivier Boucheron, Laurent Hertenberger et Rozenn Kervella.

Dans le prolongement de ces manifestations, une exposition Vientiane … Luang Prabang : patrimoine et développement durable a été présentée à Paris, à l’Ecole d’achitecture de Paris-Belleville, du 26 avril au 14 mai 2004. Elle a été réalisée à l’Ipraus à partir des travaux de l’Atelier du Patrimoine de Vientiane et de la Maison du Patrimoine de Luang Prabang.

L’exposition présente une vision prospective des enjeux patrimoniaux resitués dans l’évolution urbaine de Vientiane, ainsi que la contribution proposée par l’Atelier du patrimoine pour assurer une gestion durable et responsable du capital hérité : inventaire, repérage de périmètres sensibles, élaboration d’outils de gestion réglementaires, estimation des moyens d’intervention à mettre en œuvre ; traduction de ces outils dans les documents d’urbanisme avec rédaction d’une réglementation modulée ; organisation d’une véritable politique du patrimoine par la mise en place d’une base institutionnelle appuyée sur l’Atelier du patrimoine ; propositions de modes de financement permettant de pérenniser cette structure mise en place avec l’appui des ministères français de la Culture et de la Communication, et des Affaires Etrangères.

Une première approche traite de la construction urbaine saisie à travers la lecture de plans de différentes époques, l’organisation du tissu urbain, les découpages fonciers et l’identification des différentes typologies architecturales, résultat du travail de recensement et d’analyse des archives mené par l’Atelier du Patrimoine.Une seconde approche, à partir de son patrimoine architectural, urbain et paysager, met l’accent sur la diversité formelle et fonctionnelle, les enjeux révélés par l’inventaire et les évolutions inadéquates qui marquent le renouvellement du paysage urbain.

Quant à Luang Prabang, il s’agissait de rendre compte des dernières études et travaux réalisés par la Maison du Patrimoine, établissement public en charge de la protection et de la mise en valeur de Luang Prabang, ancienne capitale royale du Laos, qui a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial par l’ UNESCO en décembre 1995. Au moment de sa création, la Maison du Patrimoine s’est consacrée à l’inventaire des six cent onze bâtiments inscrits et des cent quatre vingt trois mares et zones humides de la ville ancienne, pour ensuite élaborer un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) adapté de la procédure française issue de la loi Malraux, afin de permettre aux autorités laos de maîtriser le développement de la ville en protégeant le patrimoine.

Ont ensuite été engagé une série de chantiers expérimentaux qui ont permis de mettre au point des techniques, de former du personnel et des entreprises, de relancer la production de matériaux traditionnels comme la terre cuite qui avait disparu à Luang Prabang : restauration de temples, d’édifices en bois, redécouverte des techniques ancestrales d’enduits et de pigmentation, venelles, systèmes de drainage, autant de réalisations dont les enseignements ont été soigneusement consignés et capitalisés pour orienter la conception des ouvrages d’aujourd’hui.

Atelier « L’architecture de la ville en Asie » – Congrès du Réseau Asie 2003

 Atelier tenu au congrès du Réseau Asie, 24-25 septembre 2003, Paris

Coordonné par: Philippe BONNIN et Nathalie LANCRET.

Participants: Thomas BEAUFILS, Emmanuel CERISE, Sophie CLEMENT, Hélène NJOTO-FEILLARD, Christian PEDELAHORE DE LODDIS.

 L’architecture de la ville en Asie regroupe des chercheurs et des doctorants de différentes disciplines intéressés aux questions architecturales et urbaines.Les périodes de transition politique et économique (ouverture et internationalisation des économies) que traversent plusieurs pays d’Asie du Nord-Est et du Sud-Est, continentale et insulaire, ne sont pas sans provoquer des bouleversements rapides et profonds des structures architecturales et urbaines existantes. L’accélération des taux d’urbanisation, l’ampleur et la rapidité de la croissance urbaine, les changements d’échelle et de nature des projets architecturaux amènent à renouveler les interrogations et à croiser les points de vue.

 Dans cette perspective, les villes asiatiques en tant qu’objet de recherche se chargent de significations particulières en raison :

  • de la présence persistante de formes architecturales et urbaines anciennes et de modes traditionnels d’organisation de l’espace ;
  • de la montée en puissance du développement urbain et de l’introduction de modèles exogènes dans la conception et la mise en œuvre de nouveaux projets urbains, mais également dans les pratiques habitantes, les « manières de faire » des usagers de la ville.

Notre intérêt porte sur la formation et les transformations des villes, considérées sous un angle historique et dynamique. Il nous conduit à la lecture et à l’analyse des phénomènes contemporains et à leur mise en perspective pour tenter d’appréhender leur genèse et les formes du changement, dans la confrontation de modèles fondateurs établis sur la longue durée et d’expressions architecturales et urbaines importées, copiés et/ou appropriées. Nos interrogations portent principalement sur les villes de taille moyenne où une grande variété de situations urbaines concrètes peuvent être observées in situ.

 

Colloque international « Vientiane, inventaire et protection du patrimoine dans le développement urbain » (2002)

20-22 novembre 2002, Vientiane  

Organisé par: Atelier du patrimoine, IPRAUS, Institut lao de recherche en urbanisme (IRU), ministère lao des Communications, transports, postes et construction,  département des Musées et de l’archéologie du ministère lao de la Culture et de l’information, avec le soutien du ministère français de la Culture et de la communication et des Affaires étrangères.

Coordonné par: Chaypeth Sayarath.

Ce colloque international a été organisé sous l’égide de l’Institut Parisien de Recherche : Architecture, Urbanistique, Société (IPRAUS), de l’Institut de Recherche en Urbanisme (IRU) du ministère lao des Communications, Transports, Postes et Construction, du département des Musées et de l’Archéologie du ministère lao de la Culture et de l’Information, avec le soutien des ministères français de la Culture et de la Communication, et des Affaires Etrangères. Il a été inauguré par Monsieur Bernard POTTIER, Ambassadeur de France près la RDP Lao, Monsieur Khamla LOLONESY, vice-Ministre des Communications, Transports, Postes, Constructions, Monsieur Bounchanh SINHTAVONG, vice-Préfet de Vientiane et Madame Isabelle LONGUET, représentant la direction de l’Architecture et du Patrimoine du ministère français de la Culture et de la Communication.

 Un des objectifs principaux du colloque était de faire le bilan de quatre années de travail d’études et de recherches de l’Atelier du Patrimoine : mise au point d’une méthode d’inventaire, réalisation de l’inventaire du patrimoine architectural, urbain et paysager de la ville de Vientiane, repérage de zones dites sensibles, élaboration d’un Plan de Protection du Patrimoine (PPP) dans le périmètre de l’enceinte de Khou Vieng, qui est déjà intégré en partie au schéma directeur, projet de réglementation et de listes des édifices à protéger, formation d’architectes du patrimoine, actions de sensibilisation des populations et des responsables politiques aux questions patrimoniales (expositions, parcours du patrimoine, etc.), préparation de deux chantiers pilotes de réhabilitation (maison rurale de ban Done Noune, maison de la période coloniale du peintre Marc Legay à ban Naxay).

Ce bilan a permis de mesurer l’importance et l’intérêt du patrimoine culturel de Vientiane, matériel et immatériel, dans ses composants archéologiques, architecturales, urbanistiques, paysagères et ethnologiques, mais également de constater les menaces qui pèsent sur ce patrimoine – destructions illicites de bâtiments anciens de qualité, transformations abusive d’édifices anciens, dégradation d’espaces paysagers sensibles, abattage sauvage d’arbres, défiguration intempestive du cadre de vie et l’appauvrissement de la production architecturale contemporaine – ainsi que la faiblesse de l’intervention des institutions publiques responsables.

Le colloque a été l’occasion de confronter les opinions sur les enjeux et les contraintes de l’urbanisation de Vientiane et, plus largement, des villes asiatiques en ces périodes de transition. Il a permis de renouveler les interrogations et d’ouvrir de nouvelles perspectives d’investigations, notamment sur les stratégies visant à concilier les logiques de conservation du patrimoine et les politiques de développement urbain, considérant que le patrimoine est un élément constitutif de la vie et de l’urbanité.

Colloque « Hanoï au miroir des métropoles » (2001)

 13 septembre 2001, Palais du Luxembourg, Paris

Organisé par: IPRAUS, avec le soutien du ministère de la Culture et de la communication.

Coordonné par: Inès Gaulis

 Hanoï attire, émeut, charme et passionne. Depuis quelques années la ville est l’objet de préoccupations renouvelées de la part des chercheurs, historiens, architectes, urbanistes vietnamiens, mais aussi de nombre de leurs collègues et confrères du monde entier. A l’occasion de l’Exposition “ Hanoï dans le cycle des métamorphoses ” présentée à l’Institut Français d’Architecture du 13 Juin au 15 Septembre 2001 (Paris) et de la sortie du Cahier de l’Ipraus (cf.  section « Publications » de ce blog), dédié aux formes architecturales et urbaines de Hanoï, un colloque a réuni des chercheurs vietnamiens, français, mais aussi des témoins de l’évolution, des politiques et des transformations des métropoles asiatiques.

 Ainsi Hanoï a été mise en perspective pour éclairer les débats qui l’animent aujourd’hui concernant le développement d’une capitale-métropole, dans le respect de l’héritage culturel et historique et des patrimoines aquatique, paysager, urbanistique et architectural. Cette mise en perspective a été faite grâce à l’intervention de chercheurs, travaillant sur l’évolution d’autres métropoles asiatiques, comme Bangkok, Hong-Kong, Shanghaï, Séoul, Singapour ou Taipei.

 

Colloque international « Patrimoine architectural, urbain, paysager de Vientiane et politiques de planification urbaine » (2000)

28 février – 1er Mars 2000, Vientiane

Organisé par: l’UMR 7543 du CNRS (IPRAUS et TMU), l’Institut français d’urbanisme, le laboratoire LASEMA (UPR 297 du CNRS), le ministère de la Culture et de la Communication, direction de l’Architecture et du Patrimoine, l’inventaire des richesses nationales et l’Unesco ainsi que le ministère de la Communication, des Transports, des Postes et de la Construction de la république démocratique populaire lao, l’institut d’urbanisme de Vientiane, le ministère de l’Information et de la Culture, la direction générale des Musées, des monuments historiques et de l’archéologie de la RDP lao, la préfecture de Vientiane et l’Organisation Nationale d’Études Politiques et Administratives.

Coordonné par : Nathalie Lancret et Karine Peyronnie

Le colloque s’est tenu à l’ONEPA (Organisation Nationale d’Etudes Politiques et Administratives) de Vientiane du 28 février au 1er mars 2000. L’objectif était de confronter des contributions de chercheurs et de praticiens français, laos et de l’aire sud-est asiatique (Singapour, Vietnam, Corée et Chine), de disciplines diverses (architectes, urbanistes, géographes, archéologues, anthropologues, historiens, etc.) sur les modalités, les enjeux et les effets de la prise en considération de la notion de patrimoine culturel, notamment à Vientiane, dans les politiques de développement urbain.

Le colloque s’inscrivait dans le prolongement d’une table ronde organisée l’année précédente à Vientiane, les 15 et 16 février 1999, intitulée Stratégies de développement urbain pour la ville de Vientiane. Ont été abordés et discutés au cours des contributions et lors de la table ronde qui clôtura les trois jours de colloque les thèmes suivants :

  • Problématiques du patrimoine : notions, conceptions et représentations du patrimoine culturel lao – réflexions théoriques. Quels sont les critères d’identification (et leur authenticité) du patrimoine à préserver et à transmettre ? Sont-ils esthétiques (notamment par transposition du regard de l’étranger), historiques (bâti ancien), typologiques (bâti monumental, architecture vernaculaire, etc.), politiques et identitaires (valeur patrimoniale comme support de l’identité culturelle), économiques (enjeux, ambiguïté et effets d’une politique d’identification, de préservation et de mise en valeur du patrimoine comme élément, voire comme support du développement urbain, notamment dans le cadre de la promotion du tourisme culturel) ?
  • Eléments constitutifs du patrimoine culturel et naturel : éléments de compréhension du site de Vientiane. Ont été notamment abordés les thèmes suivants : patrimoine urbain, architectural et paysager, patrimoine végétal et questions environnementales dans le périmètre urbain, méthodologies et objectifs de la mise en place d’un inventaire, histoire et mutations de la ville ancienne dans une perspective patrimoniale.
  • Prise en considération du patrimoine dans la planification et les dynamiques urbaines et aspects institutionnels de la mise en place d’une politique du patrimoine. Ont été notamment abordés les thèmes suivants : dynamiques à l’œuvre dans la ville de Vientiane, stratégies de la planification urbaine, contraintes, enjeux et modalités d’une prise en considération de la dimension patrimoniale dans la planification urbaine, création d’une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) comme support administratif et de gestion du patrimoine, cadre juridique et aspects institutionnels de la mise en place d’une politique du patrimoine.
  • Approches comparatives sur l’aire sud-est asiatique : Singapour, Indonésie, Corée, Vietnam, Chine (Hong Kong).Ont été présentés des programmes développés (contraintes, enjeux, modalités de leur application, cadre juridique et institutionnel, effets, etc.) dans des métropoles régionales voisines telles les villes de Hanoï, Singapour, Bangkok, Séoul, etc.